Harpistiquement Vôtre !!

Alexandra Luiceanu

PHOTO 13.jpg

Bienvenue dans le monde de la Harpe ! Rencontre avec Alexandra Luiceanu, harpiste professionnelle et professeure de harpe, à travers cet instrument onirique et mystique. Alexandra nous dévoile son parcours, son apprentissage de la harpe, son album "Matriochka" et sa vision musicale.

Bonjour Alexandra, nous sommes ravis d’interviewer pour la première fois une harpiste, peux-tu nous raconter pourquoi tu t’es orientée vers la harpe et comment tu as débuté sur cet instrument ?

C’est une question qui revient très souvent et devant laquelle je suis toujours un peu désarmée ! Il faut savoir que jouer de la harpe était une vraie obsession lorsque j’étais petite, et l’origine de cette idée fixe a toujours été un peu mystérieuse. Je m’amuse du coup à répondre que le dessin animé « Les Aristochats » n’y est sans doute pas pour rien dans tout cela, car aussi loin que je me souvienne, c’est là mon premier souvenir lié à la harpe. Je ne viens en effet pas d’une famille de musicien, je n’avais donc jamais eu l’occasion d’approcher cet instrument de près auparavant. Cependant, mes parents étaient très mélomanes et m’ont ouvert tout au long de mon enfance aux différents arts et genre musicaux dont la musique classique. Je ne sais pas exactement pourquoi, mais c’était très clair dans ma tête de petite fille : c’était la harpe et rien d’autre, et puis c’est tout. Je me souviens d’ailleurs qu’il n’y avait aucune place dans la classe de harpe lorsque ma mère avait voulu m’inscrire dans le conservatoire de notre quartier. J’avais refusé de commencer un autre instrument en attendant, alors, attendrie par ma détermination, le personnel du conservatoire avait réussi à convaincre la professeur de harpe de me faire une toute petite place dans sa classe malgré tout. On ne peut pas nier le fait que la harpe a quelque chose de très captivant en soi, par sa forme, sa taille, et toute la puissance d’évocation qu’elle possède. J’étais une petite fille extrêmement timide, assez petite pour mon âge, très discrète et introvertie. Ma première professeure de harpe, Joanna Kozielska, s’amuse d’ailleurs souvent à raconter qu’elle n’avait jamais entendu le son de ma voix pendant toutes mes années d’apprentissage, excepté une fois lors de notre premier cours. Mes seuls mots furent ce jour-là que je voulais « être harpiste » ! Il est intéressant que mon choix se soit portée sur un instrument si impressionnant et voyant ! La harpe est alors devenue comme un prolongement de moi-même, et ma timidité s’envolait comme par magie dès qu’il s’agissait de jouer et de me produire sur scène.

Assise derrière ma harpe, tout prenait enfin son sens : c’était là ma place, de manière évidente, naturelle. Depuis ce premier jour où mes doigts se sont posés sur les cordes, je n’ai plus jamais douté de ma « mission » dans ce monde : apprendre, devenir harpiste, jouer de la musique, la partager, transmettre. Ainsi, ma scolarité et mon quotidien sont allé dans ce sens, j’ai progressé avec beaucoup de facilité, tout en ayant le soutien inconditionnel de mes pauvres parents qui n’y connaissait rien à tout ce monde-là. Aujourd’hui, avec mes yeux d’adulte, je me demande si finalement la harpe n’est pas qu’un détail dans cette histoire. Elle n’est jamais plus que l’instrument au sens propre du terme dont je me sers pour faire communiquer un monde avec un autre. Elle me permet de devenir la voix de quelque chose qui au fond me dépasse, mais qui semble s’apparenter au Beau, et élève un peu le monde, et les gens ; réconforte, fait rêver, et donne à l’existence ce petit quelque chose de plus doux, de plus facile à affronter.

La musique est aujourd’hui pour moi bien plus qu’un métier, elle fait partie de moi. Et je souhaite à tous les enfants du monde d’avoir la chance que j’ai eu de vivre pleinement leur vocation, quelqu’elle soit, d’être soutenu dans ce qu’ils aiment faire, encouragé, aidé. Et ainsi s’épanouir en accord avec ce qu’ils sont au plus profond d’eux.

 

Pour ceux qui découvrent la harpe, pourrais-tu nous décrire ton instrument, son histoire ? (Nombres de cordes, le poids, l’envergure, la façon de jouer...)

 

Avant tout, la harpe est un des instruments les plus vieux du monde : on l’a retrouvé sur tous les continents. Son nombre de cordes a augmenté avec les années, ce qui a changé sa fonction, son importance et son rôle. La harpe de concert telle qu’on la connaît plus ou moins aujourd’hui, n’apparaît qu’au 18ème siècle avec l’invention de sept pédales qui permettent de monter les cordes d’un demi-ton, faisant d’elle un instrument dit diatonique. Cette invention géniale a permis à la harpe d’investir de nouveaux répertoires. Elle est alors importée à Paris et popularisé notamment par Marie-Antoinette qui en jouait. La harpe devient donc très à la mode, et en 1810, le luthier Érard met un point un système de pédales à double enclenchement qui permet à la harpe d’accéder à toutes les tonalités. Ce mécanisme n’a pas changé depuis.

Alors, il est formidable mais peut s’avérer compliqué : on joue avec les deux mains, et on passe les pédales dans le même temps avec les deux pieds. Un certain Gustave Lyon à la fin du 19e avait mis au point une harpe à deux rangés de cordes croisées, sans pédales : ça réglait un problème mais en créaient d’autres ! Elle était moins sonore, et on ne pouvait faire de ces fameux glissés que tout le monde aime tant, et qui sont spécifiques à cet instrument ! La harpe chromatique est vite tombée dans l’oubli, et on joue aujourd’hui de la harpe à double mouvement.

Parallèlement à ça, la harpe dite celtique s’est développé dans des pays et régions comme l’Irlande ou la Bretagne : ce sont des harpes plus petites avec un système de leviers, un nombre de cordes moins élevées, parfaites pour des musiques populaires et traditionnelles aux harmonies simples. Et c’est sur ces harpes celtiques que l’on apprend à jouer de la harpe aux enfants. La harpe est un instrument plein de surprises, et peut se frotter à tous les genres musicaux : il existe même aujourd’hui des harpes électriques que l’on peut amplifier !

 

Comment se déroulent les différentes étapes d’apprentissage pour apprendre la harpe ? Est-ce accessible à tout le monde ?

 

L’apprentissage de la musique est accessible à tout le monde : les conservatoires de musique appartiennent au service public, ainsi, les frais d'inscriptions sont calculés selon les revenus des familles. C’est une vraie chance dans notre pays d’avoir cette possibilité d’accès à la culture. Chaque commune, chaque arrondissement a son conservatoire, ainsi, tout enfant a la possibilité de suivre une formation artistique de qualité, quelques soient ses origines sociales ou géographiques. Je suis moi-même issue d’un milieu populaire, et sans ces facilités d’accès, je n’aurai jamais pu prétendre à suivre de tels enseignements, vite hors de prix dans les sphères privés. Cette accessibilité à l’éducation artistique est une question qui compte énormément pour moi. J’effectue régulièrement des actions dans ce sens, comme par exemple ma participation au dispositif « Création en Cours » en partenariat avec l’Éducation Nationale et le Ministère de la Culture. Ce dispositif permet aux enfants de zones éloignées de toute offre culturelle, d’approcher le monde artistique en construisant avec des artistes un projet sur une année.

Je suis également très impliquée dans l’enseignement et la recherche en matière de pédagogie : l’une de mes missions d’artistes est de faire naître des vocations, et de les aider à s’épanouir. J’y prends beaucoup de plaisir, et je ne peux imaginer ma vie de musicienne sans l’enseignement. Cependant, l’apprentissage de la harpe, se heurte malheureusement à un inconvénient qui lui est assez spécifique : la harpe est un instrument onéreux. Certes, de nouvelles perspectives voient le jour : nouvelles harpes plus abordables, facilités de paiements, création de harpes... en carton !

Malgré tout, la harpe classique notamment, reste un instrument assez cher, ce qui réduit inévitablement son accessibilité à tous à un certain moment de l’apprentissage. En ce qui me concerne, j’ai eu la chance d’être soutenue par mes parents qui n’ont reculé devant aucun sacrifice pour m’acheter ma première harpe à pédales. J’ai gardé cet instrument d’étude pendant de très longues années avant d’avoir la chance d’acquérir un instrument de concert dont la qualité était à la mesure de mes ambitions, et ce grâce à l’aide de la Fondation Banque Populaire dont je suis lauréate. Les mécènes privés jouent

en effet un rôle très important dans la vie des musiciens.

PHOTO 16 .jpg

On imagine qu’avec un tel instrument on peut se sentir transporté au gré de la douceur des notes, quelles émotions ressens-tu quand tu joues de la harpe ?

Travailler ma harpe, jouer de la musique, tout cela fait tellement partie de moi depuis tant d’années que cela participe à un certain équilibre presque organique. Ce qu’il se passe lorsque je joue est cependant terriblement difficile à exprimer. Je ne sais pas exactement si l’on peut parler d’émotion à proprement parler, ou alors d’un état bien spécifique, à mi-chemin entre la réalité et quelque chose d’autre, un espèce d’entre-deux impalpable.

Je vois la musique comme une langue : les notes forment un langage propre et mon but est de le maîtriser, pour le faire résonner et lui donner vie. Lorsque je joue, je deviens ainsi l’émissaire de ce quelque chose difficile à définir, qui n’appartient à aucun concept, que les compositeurs réussissent à capter et organiser, et qui, une fois « vivant », fait justement naître les émotions. Il ne s’agit alors pas de moi, ni de ce que je ressens sur le moment, mais bien de quelque chose de supérieur, qui est finalement terriblement dur à expliquer et dont je ne suis que l’intermédiaire. Et parfois, ce quelque chose semble rentrer en vibration parfaite entre ce que j’ai au plus profond de moi et ce qui m’entoure, ce que j’appelle le « moment de grâce ». Cet écho semble alors résonner à l’unisson en moi et dans l’âme des auditeurs, réveille des émotions, des sensations, des souvenirs, des images. Je ne me sens jamais plus heureuse que lorsque quelqu’un vient me voir à l’issue d’un concert, les yeux brillants, me dire que je l’ai fait pleuré ! Mais je vous  rassure, il n’y a que sur scène que j’aime faire pleurer les gens !!

Tu as souhaité mettre ta passion pour la littérature, l’écriture et le théâtre au service de ta créativité, comment as-tu réussi à travers ta harpe à transmettre des émotions en liant tous ces Arts ? 

Je suis de nature très curieuse, et j’aime mettre les choses en perspective. Je m’intéresse beaucoup à ces différents arts, et créer des projets en articulant différentes disciplines est quelque chose que j’aime beaucoup faire. C’est un peu comme faire un gâteau : j’aime mettre plein d'ingrédients différents, et surtout, réfléchir à la meilleure façon de les allier entre eux, d’équilibrer les uns avec les autres. J’aime établir des connexions entre les choses, ou creuser certains sujets sous différents angles, m’instruire, faire des recherches, lire, écrire, et me servir de tous ces outils pour proposer une vision à travers mes créations

.

Peux-tu nous parler de l’ensemble des "Anges Vagabonds" qui a vu le jour en 2017 ? Quel répertoire peut-on y trouver ?

Des œuvres magnifiques de musique de chambre ont été écrites pour la harpe. Je pense notamment aux Danses de Debussy, à l’Introduction & Allegro de Ravel… Outre le bonheur de créer des programmes en les incluant dedans, j’ai formé cet ensemble pour amener du collectif dans ma pratique artistique. La collaboration entre musiciens est pour moi quelque chose de moteur, d’enrichissant. Être à plusieurs sur scène comme en répétition procure un sentiment extrêmement grisant avec, malgré les différences d’âge, de parcours, de caractères ou même d’instruments, un esprit d’équipe qui nous fait nous sentir tout autant épaulé qu’épaulant. Les émotions données et reçues sont très différentes du concert en soliste. Ces deux activités sont donc aussi complémentaires qu’essentielles.

En 2018, est sorti l’album « Harp Trio », avec la grande Marielle Nordmann, professeur qui t’a beaucoup guidée, comment l’as-tu rencontrée ? Qu’as-tu appris à ses côtés ?

Ma rencontre avec Marielle Nordmann remonte à très longtemps ! Je n’avais que deux ans de harpe derrière moi, et je venais de gagner le concours d’entrée dans sa classe des « Bébés harpe » comme elle l’appelait. Cela permettait en effet à deux petits harpistes par an de suivre son enseignement une fois par mois. Elle raconte avoir eu un « coup de foudre » pour moi et ma personnalité musicale. Elle est devenu un véritable guide pendant de nombreuses années, une vraie lumière dans ce monde dont je ne possédais pas forcément tous les codes. Je lui dois beaucoup : au-delà même des conseils musicaux toujours éclairants qu'elle me donnait, elle était d'un soutien et d’une fidélité sans faille.

J’ai donc grandi avec sa présence toujours bienveillante dans ma vie artistique, de près en étant maintes fois accueillie chez elle, comme de loin à travers des correspondances régulières. Après mes études supérieures, j’ai eu la chance de partager la scène avec elle pendant des années où j’ai énormément appris. Elle m’a en quelque sorte poussée dans le « grand bain », a été à l’origine de rencontres inspirantes, m’a fait confiance, tout en distillant de précieux conseils et anecdotes sur sa vie de harpiste.

Et puis, vient forcément dans la vie d’un artiste le moment où l’émancipation devient nécessaire pour avancer et où l’élève se détache du maître. J’ai senti ce besoin irrépressible de voler de mes propres ailes, et suivre ma voie. Le disque que nous avons enregistré ensemble concrétise ainsi d’une très belle manière cette longue histoire, et Marielle Nordmann restera un personnage-clé de mon parcours artistique.

17CD1216CMA_0326 copie.jpg

Puis 2019, tu sors ton premier album solo « Matriochka », avant de parler du contenu de ce disque, pourquoi l’avoir appelé « Matriochka » ?

Les « Matriochka » sont ces petites poupées gigognes en bois qui s’emboîtent les unes dans les autres. Outre le symbole fort de la Russie populaire qu’elles représentent, ces poupées ont marqué mon enfance : ma mère les collectionnait et en avait dans toutes les tailles et de toutes les sortes. J’ai trouvé l’allégorie avec les différentes facettes de la musique russe plutôt jolie, ce premier disque solo étant centré sur ce répertoire.

Est-ce qu’on peut dire que l’on retrouve dans cet album tous les fragments de ta personnalité, de ton enfance à maintenant ?

 

Chaque création artistique est forcément un peu autobiographique. La musique russe est caractérisé par ce mélange de musique populaire et de musique savante. Cet alliage résume parfaitement mon enfance : j’ai en effet été bercé par la musique des ballets russes, ma mère étant passionnée de danse classique; et de l’autre côté, par les musiques traditionnelles de l’est à travers mon père, roumain réfugié politique du régime totalitaire de Ceaucescu. Cette musique si particulière m’est toujours apparu comme familière, et choisir ce répertoire pour un premier disque solo était une évidence. C’était autant une manière tendre de rendre une sorte d’hommage à mon enfance, et à travers cela, à mes parents, que de célébrer un répertoire que j’aime beaucoup et dans lequel je me retrouve. La musique russe est sublime d’impétuosité, de lyrisme, de sensibilité, de mélancolie. On peut sans doute y discerner un portrait de moi à travers ces divers aspects, mais je n’ai pas encore tout livré... tout ceci n’est qu’une petite partie de ce que j’ai encore à partager !

On parle souvent « d’âme russe » quand on parle de « Matriochka » à travers les titres de Balakirev, Prokofiev, Glinka notamment, qu’est-ce que cela signifie ? 

La musique russe est en effet caractérisée par ce que l’on appelle « l’âme russe » : c’est un subtil mélange de mélancolie et de nostalgie. Il y a quelque chose de très romanesque dans cette âme slave et la meilleure façon de la résumer pourrait tenir en une phrase : fuir l’objet de son amour pour le bonheur de le regretter. Ce paradoxe romantique se retrouve dans les plus belles pages de la littérature russe dont j’ai orné le livret du disque : j’ai pris le soin de rattacher chaque morceau à un extrait littéraire ou une poésie d’auteur russe. La saveur de cette « âme russe » donne à la musique russe un lyrisme particulier. C’est un peu comme rire et pleurer en même temps : la joie y est toujours teintée d’une certaine fatalité.

 

Pour le premier concert de lancement de « Matriochka », tu as eu, on peut le dire, quelques difficultés sur ce show, tout en tenant bon, peux-tu nous raconter cette journée particulière ?

 

Ce concert était très attendu: c’était la première fois que j’allais jouer ce programme en public un mois après sa sortie ! Des mois intenses de préparation, répétitions, invitations, communication l’ont précédé, et tout s’est en apparence déroulé parfaitement. En apparence seulement ! Car ce que personne ne savait alors, c’est que j’avais passé la nuit qui le précédait à veiller mon bébé malade alors âgé de quelques mois seulement... Et manque de chance, après avoir dormi quelques heures à peine, je me suis réveillée ce matin-là avec une fièvre intense... malade à mon tour ! J’ai passé la journée tremblante, affaiblie, et me suis demandée s’il fallait annuler ou non, vu mon état. Devant l’importance de l’événement, et surtout, en voyant que le concert affichait complet, je n’ai pu m’y résoudre. Je m’imaginais déjà m’écrouler devant tout le monde, et devoir m’excuser auprès du public. Je dois avouer que je dormais encore dans ma loge, quelques minutes à peine avant de rentrer sur scène !

Mais le corps ou l’esprit a des ressources insoupçonnées : tout s’est magnifiquement passée. L’euphorie et le bonheur de partager ce programme qui m’est si cher m’a accompagné des premières notes jusqu’aux autographes signés à l’issue du concert. Par contre, une fois rentrée chez moi, je me suis bel et bien écroulée, et suis restée clouée par la fièvre une bonne semaine.

71654147_2526948947366417_60654280503533

Quel rôle ont joué les récompenses et nominations que tu as obtenues ? Je pense à la clef d’or 2019 du média ResMusica, à la nomination Aux International Music Awards 2020 ?

 

J’accueille ces marques de reconnaissance avec forcément beaucoup de bonheur à chaque fois. Cela donne confiance, apporte une nouvelle visibilité à mon travail, et apaise parfois les doutes que l’on peut traverser le long d’un parcours artistique. C’est toujours un grand honneur pour moi d’être considérée avec bienveillance par mes pairs, comme ce fut le cas pour l’accueil de la critique réservé à « MATRIOCHKA ». Cependant, les applaudissements d’une salle comble le sont tout autant, tout comme les remerciements des gens à la fin d’un concert, ou tous ces petits mots extrêmement touchants que je reçois régulièrement me disant par exemple combien mon disque a touché des coeurs.

 

Ressens-tu une pression particulière quand tu joues en soliste sur les différentes scènes où tu peux te produire ?

 

La « pression » sous-entendrait qu’on attend quelque chose de particulier de moi, que je me sentirais contrainte de satisfaire. J’ai une vision peut-être plus « chill » de la scène. Le seul combat que j’ai avec moi-même à ce moment-là est de réussir à oublier le monde et me centrer sur l’instant, réussir à capter l’essence de la salle, l’aura des gens présents, trouver ma place dans cette atmosphère, pour permettre à la magie d’opérer, et à la musique de délivrer son message. Alors bien sûr, il y a toujours ce petit truc au creux du ventre avant de rentrer sur scène, ces quelques minutes d’attente un peu irréelles, ce petit trac bien particulier. C’est un peu toujours comme un premier rendez-vous : le coeur bat un peu plus vite que d’habitude, il y a ce mélange d’excitation et d’appréhension, et puis on se lance, et l’aventure commence, toujours différente.

 

Quel rapport entretiens-tu avec la musique contemporaine ?

 

Je collabore régulièrement avec des compositeurs d’aujourd’hui, autant à travers la création d’oeuvres nouvelles que de commandes. Être aux premières loges de la création est absolument passionnant ! Le répertoire pour harpe a la chance d’être sans cesse renouvelé grâce à des compositeurs de talent.

Quant à la musique actuelle, j'en écoute à vrai dire tout le temps, les genres varient selon les périodes. J’ai pu remarqué combien le public adoraient les « covers », ainsi, je m’amuse beaucoup à finir chacun de mes concerts avec une reprise de chanson pop ou rock à ma façon : l’effet est garanti !

 

Petite tradition lors des nos interview portraits, voici donc venu le temps des questions express, une question, une réponse:

 

Les 3 morceaux qu’il faut avoir au moins joué une fois dans sa vie à la harpe ?

 

Les Danses de Claude Debussy, l’Introduction & Allegro de Maurice Ravel et le Conte Fantastique d’André Caplet !

 

Le meilleur morceau de tous les temps que tu as pu jouer à la harpe ?

Le Concerto de Mozart: j’ai toujours un peu l'impression d’être une rockstar en le jouant !

 

Le morceau le plus émotionnel, celui qui t’a donné le plus de frisson ?

 

Difficile de choisir, mais la musique russe gagne sans doute : je dirais une Larme de Moussorgski. Ce morceau à l’écriture extrêmement simple comporte une charge émotive assez incroyable, comme si le désespoir avec lequel l’a écrit son compositeur (qui était en fin de vie, malade, et alcoolique) se ressentait dans chacune de ses notes. Le jouer en concert est toujours un moment particulier.

 

La meilleure scène pour jouer de la harpe ?

 

Toutes, tant que le public est là !

 

Le morceau que tu as eu le plus de mal à interpréter ?

 

Je pense à la Légende d’Henriette Renié, un morceau génial, mais très physique ! Il faut plutôt être en forme pour le jouer avec toute l’énergie qu’il demande.

 

Le titre de harpe qui te caractérise le plus personnellement ?

 

Nous parlions de toutes les facettes de l’âme russe qui me caractérisent : et bien je dirais la Fantaisie sur Eugène Onéguine de Tchaïkovsky/Walter-Küne. Il y a plein de « moi » dedans : de la fougue, de l’exaltation, de la tendresse, du romantisme, de la fantaisie, de la sensibilité, de la force. C’est sans doute pour cela que j’aime autant le jouer !

 

Le morceau que tu aimerais jouer dans un orchestre symphonique ?

 

J’adorerais avoir l’occasion de jouer le Concerto pour harpe et orchestre de Nino Rota un jour !

Comment as-tu vécu les différents confinements artistiquement ? As-tu hâte de remonter sur scène ?

Si le premier confinement, inattendu, avait pris tout le monde de court et m’avait pour ma part plongée dans une espèce d’urgence créative, le deuxième apparaît plus résigné. J’attends, je construis mes projets futurs, mais avec peut-être plus de distance : les annulations des concerts ont été un coup dur, les annulations des concerts reportés plus encore ! Alors maintenant, j’attends de voir, j’espère, je me prépare, tout en faisant le deuil de tous ces projets avortés. La scène me manque beaucoup. Les concerts en streaming et autres vidéos ne remplacent pas le contact avec les gens, et toutes les rencontres, les aventures, les expériences, le partage et les souvenirs qu’entourent à chaque fois de tels événements. Vivement que la vie reprennent enfin !

 

Quels conseils donnerais-tu aux personnes souhaitant apprendre la harpe ?

 

Je leur dirai une seule chose: nourrir sa pratique de toutes les manières, voilà l’important. Écouter des musiques de toutes sortes, lire le plus possible, rencontrer des gens, voyager, s’interroger. Par la connaissance du monde, on apprend mieux à se connaître soi, et à ainsi construire ses propres rêves. Lorsque l’amour de la musique est relié à des convictions profondes, tout devient plus simple : cela transforme le temps passé à travailler en moteur de vie, le stress en carburant, les doutes en idées, les difficultés en défis.

Avec qui et avec quel instrument aimerais-tu faire un duo musical ?

 

La musique étant si universelle, j’adorerais faire un duo avec un ou une artiste d’un tout autre bord. Je pense notamment à ces jeunes femmes géniales qui bousculent tout sur leur passage, comme Angèle ou Aya Nakamura !!! Donc si jamais elles lisent cet article.... !!

Quels sont tes futurs projets ou futur album ?

 

Je préfère ne rien dire par superstition, je vous laisse la surprise ! 

 

Pour finir Alexandra, qu’aimerais-tu dire à ceux qui te découvrent au travers de cette interview ?

 

Un immense merci pour votre présence et votre intérêt, cela compte beaucoup, et me touche au plus profond : merci merci merci.

Merci Alexandra !

Arnault pour Destination-Live.com - Février 2021

Retrouvez toutes les infos sur Alexandra Luiceanu en vous abonnant ici:

Site internet: www.alexandraluiceanu.com

Facebook: Alexandra Luiceanu - Harpist

Instagram: Alexandra Luiceanu - Harpist Instagram

Chaîne YouTube:  Alexandra Luiceanu

Mail: alexandra.luiceanu@hotmail.fr

  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube
  • Pinterest
  • Tumblr Social Icon
  • Instagram