L'interview cinéma de la semaine:

Rebecca BERRIH

Bonjour Rebecca, merci de répondre à nos questions, tu es à la tête d’Elysian Fields Entertainment, une société de production de films à Los Angeles, on va revenir juste après sur ton parcours mais avant, peux-tu nous raconter comment est née cette passion pour les métiers du cinéma ? De ton enfance ?

 

J’ai toujours voulu faire du cinéma depuis l’âge de 12 ans. J’ai toujours aimé les films Américains, surtout le premier film que j’ai vu au cinéma était "Ghostbusters". J’ai vu tellement de films au cinéma, tous les mercredis étaient un jour excitant pour moi et j’ai aussi vu énormément de films en VHS. A 12 ans, j’ai eu ma première caméra et depuis je n’ai jamais voulu rien faire d’autre. C’est à peu près en même temps que je me suis dit, je veux vivre a Los Angeles. Et voilà en 2021, je fais du cinéma et j’habite à Los Angeles. 

As-tu suivi des formations de cinéma en France pour te préparer aux métiers de scénariste et de productrice ?

 

Oui, j’ai fait une école en France qui s’appelait ETTIC mais j’ai aussi pris des cours aux États-Unis à la fac de UCLA, c’était extrêmement intéressant. J’ai adoré mes cours en France mais ce que j’ai vraiment apprécié avec mes cours à Los Angeles, c’était que tous les professeurs étaient des professionnels du cinéma qui travaillaient toujours. Je me rappelle que le prof de premier assistant était le premier assistant sur Pulp Fiction. 

As-tu des influences cinématographiques ?

 

Bien sûr, quand j’étais enfant, j'ai adoré les films de Spielberg, James Cameron, Scorsese, Tony Scott, Ridley Scott, Michael Mann.. Une extrême majorité de réalisateurs américains. J’ai toujours aimé les films “Pop-Corn”, “Retour vers le Futur”, “Scream”, “Point Break”, “Matrix” qui étaient en boucle chez moi. En ce qui concerne les réalisateurs français, "Léon" est toujours l’un de mes films préféré et je dois le revoir une fois tous les 2 ans. J'adore le fait que le film de Besson avait des séquences d’actions extraordinaires mais avait également une émotion incroyable. Je ne sais pas combien de fois que je l’ai vu, mais bien plus que 40 fois et je continue de pleurer à la fin. "Amélie Poulain" était aussi pour moi une influence extraordinaire, je me rappelle encore la première fois où je l’ai vu a l’UGC Ciné Cité de Bercy, j’étais bouche bée et bouleversée, je me suis dit Waooouh c’est vraiment incroyable le cinéma. Mon autre passion en ce qui concerne la France est Louis de Funès, je pense que c’est le français le plus drôle de tous les temps. Si vous n'êtes pas en forme, vous regardez “Jo” ou “La Folie des Grandeurs” et boom vous êtes en pleine forme. A ma connaissance, il n’y a que deux comédiens comme ca: De Funès en France et Larry David aux États-Unis. Dans les cinéastes récents, mes deux réalisateurs préférés sont David Fincher et Christopher Nolan.

 

En 2007, tu traverses l’Atlantique pour travailler aux Etats-Unis, pourquoi avoir fait ce choix ? 

 

J’ai toujours rêvé de vivre et de travailler à Los Angeles et en 2007, je me sépare professionnellement de mon ancienne associée et je trouvais que c’était le bon moment. Je me sentais prête. 

 

Comment se sont passées tes premières années au contact du cinéma américain, au point de vue accueil, méthodes de travail ? As-tu vu des choses qui t’ont marquées ?

 

Super ! J'ai adoré l’organisation, c’était assez étonnant car tu te retrouves dans des meetings avec des gens importants mais tout le monde fait comme si de rien n'était alors que les gens connaissent leurs expériences. Je me rappelle de la première fois où j’ai eu un meeting dans un studio, c’était à la Warner, j’étais tellement émue et excitée. Indescriptible !

 

Comment t’es-tu créée ton propre réseau à Los Angeles ?

Petit à petit, tu essayes de demander à tout ton entourage qui ils connaissent, mais c’est vrai que j’ai vraiment re-démarré de zéro. Il ne faut pas être timide.

 

Qu’as-tu appris auprès des cinéastes américains plus expérimentés que tu as pu rencontrer durant toutes ces années ?

 

J’ai rencontré des cinéastes très expérimentés, mais la où j’ai appris le plus, c’est avec les producteurs et les techniciens. L’une de mes meilleures amies ici est Marianne Maddalena. Elle a produit tous les “Screams” et à chaque fois que je lui pose une question, sa réponse est toujours extraordinaire. Je suis très ami également avec Zach Staenberg qui a gagné un Oscar du meilleur montage pour The Matrix, et évidemment quand je lui pose des questions de montage, j’écoute sa réponse. Dans la vie, tu peux apprendre en faisant des erreurs où tu peux faire des raccourcis en demandant aux gens qui savent comment il faut faire. Je crois beaucoup dans la deuxième technique. 

 

Pour ceux qui découvrent les métiers du cinéma, peux-tu nous expliquer en tant que productrice, ton rôle dans les différentes étapes de la réalisation d’un film, de l’idée de base à la sortie du film ?

 

Le travail de productrice est très varié, tu trouves un scénario qui te plaît, tu prends une option dessus, ensuite tu engages un réalisateur qui va apporter sa vision, tu casts les rôles principaux, puis tu cherches le financement. Ensuite, tu as la partie qui est la pré-production où tu te prépares au tournage, puis le tournage en lui-même où ton rôle principal et de résoudre les problèmes qui peuvent survenir. Puis vient la post-production avec le montage, le mixage, les effets spéciaux avec, au final, la vente du film pour les États-Unis avec une société et ensuite une autre société dites de "Vente" qui s'occupe des ventes internationales pour un marché comme Cannes ou Berlin. C’est un métier très complet et il faut beaucoup de qualités humaines. 

Faire un film coûte cher, comment finance-t-on un film aux Etats Unis ? Est-ce toi qui démarche les professionnels du secteur ? Existe-t-il, comme en France, des subventions d’Etat ?

 

Le système est très différent, une fois que tu as ton casting, tu vas voir des investisseurs mais également des sociétés de ventes internationales qui font ce qui s’appellent des pré-ventes. Ils promettent un chiffre de X dollars pour le jour où le film est terminé et tu vas ensuite voir une banque qui va t’avancer cet argent. Pour ce qui est des subventions "d'Etats", là aussi, cela n’a rien a voir avec la France. Ici, nous avons des crédits d’impôts, c’est à dire que vous allez dans un Etat comme la Georgie qui a 20% de crédits d’impôts, donc si vous dépensez 1 million de dollars là-bas, l'Etat vous rembourse 200,000 dollars, c’est automatique. 

 

Etre scénariste demande des compétences très affutées, comment démarre-t-on l’écriture d’un scénario ? Quelles sont tes sources d’inspirations ?

 

Cela démarre toujours par l’idée, quel est le sujet du film et après il y a beaucoup de travail sur la trame, tu dois écrire une histoire de 10-15 pages qui explique tout ce qui va se passer dans le film et ensuite tu travailles sur le scénario. La partie histoire est aussi très technique.

En 2011, tu sors ta comédie romantique « 2 Scoops Of Love » un court métrage qu’as-tu cherché à transmettre au public à travers ce film, notamment avec cette technique de tournage en une prise ?

 

C’était vraiment un film à twist, mon idée de la technique du tournage en une prise m'a permise, je l’espère, un succès de surprendre l’audience. 

 

Ce court métrage a été primé à 5 reprises, qu’as-tu ressenti en remportant ses nominations ?

 

Fierté à chaque fois. Un immense plaisir, tu travailles sur quelque chose, c’est difficile, et quand tu reçois un prix ça veut dire que les gens ont aimé ton travail.

 

Tu parles souvent d’élan, de développer l’idée très rapidement pour la conception de tes films, qu’est ce que cela signifie ?

 

Une fois que le train est lancé, tu mets longtemps pour le freiner. C’est la même chose pour le cinéma, quand tu produis un film, tu démarres d’absolument de rien, mais tu crées l'élan quand tu prends l’option du scénario, tu choisis les bons acteurs, le financement, les bons techniciens,... Quand tu as lancé la machine, tu es là pour régler les problèmes qui vont arriver mais quoi qu’il se passe, le film va exister.  

 

En 2018 sort Beyond The Sky, un thriller de Science Fiction avec Dee Wallace et Peter Stormare, peux-tu nous présenter ce film et comment as-tu vécu ce tournage ?

 

C’était incroyable, tourné mon propre film, qui est un film de Science-Fiction avec Dee qui était dans "E.T" et avec Peter qui a joué dans tellement de films que j'aimais comme Fargo ou Minority Report. Le tournage s'est extrêmement bien passé et je suis vraiment très contente du résultat final avec beaucoup d’effets spéciaux et je pense que c'est un excellent résultat. 

 

Créer l’atmosphère d’un film passe aussi par la musique que l’on peut notamment écouter dans le film « Heaven » sorti en 2020, comment détermines-tu le choix d’un compositeur, lui donnes-tu les lignes directrices ou laisses-tu Carte blanche ? 

 

Là, c’est vraiment le travail du réalisateur que de travailler avec le compositeur. 

 

Tu produis aussi des clips vidéos, tes méthodes de travail diffèrent-elles que ce soit pour un film ou pour un clip ?

C’est une version miniature d’un film et c’est ce qui me plaît. Tu travailles très dur pendant 1 mois et BOOM tu passes à autre chose. 

Le temps est venu des questions express, une question, une réponse:

 

  • Les 3 films qu’il faut avoir vu dans sa vie ? Godfather II, Heat, Social Network

 

  • Le film que tu aurais aimé produire ? True Romance

 

  • L’actrice / acteur que tu aimerais diriger ? Leonardo Di Caprio / Audrey Hepburn si elle était toujours avec nous.

 

  • Le film qui te définit le plus ? Amélie Poulain

 

  • Le dîner idéal avec 4 personnalités du cinéma vivantes ou disparues ? Audrey Hepburn, Leonardo Di Caprio, Christopher Nolan, David Fincher

 

  • La meilleure bande originale de film ? Gladiator, L’empire Contre Attaque, Cinema Paradisio

 

On va parler actualité avec les difficiles conditions sanitaires, comment s’est passé pour toi, personnellement, cette période un peu compliquée depuis le début de la pandémie ? Les productions ont-elles été mises à l’arrêt ?

 

C'était difficile de tourner des films, mais j’ai eu une bonne année professionnelle grâce aux clips que j'ai tourné, donc cela n'a pas été trop difficile pour moi. 

 

Comment vois-tu l’avenir du cinéma sur l’après Covid ? Penses-tu que tout va repartir comme avant ?

 

Plus ! Je pense que cela va être la folie comme il y a 100 ans. Ma seule crainte, c'est que beaucoup de salles de cinémas ont déposé le bilan mais on verra mais j'espère les salles vont tenir. Le cinéma a réouvert il y a 3 semaines ici à Los Angeles. J'y suis déjà allée 4 fois et c'est toujours plein. Les gens veulent voir des films au cinéma. Je ne peux pas croire que les gens veulent voir "Avengers" sur leur iPad plus que sur un IMAX.

 

Envisages-tu de produire un film français tourné en France prochainement ?

 

Pour l’instant, je n’ai pas de projet qui s’y prête. Mais ce serait avec plaisir ! 

 

D’ailleurs, le cinéma français, comment le perçois-tu ? As-tu le temps de regarder des films français ?

 

Pour être honnête pas vraiment, je regarde juste en ce moment "Dix Pour Cent" sur Netflix et je trouve ça vraiment super. Le seul film français que j’ai vu ces dernières années, c’était "Balle Perdue". Un ami à moi l’a écrit, je l’ai regardé et j'ai trouvé ça vraiment formidable. A part ça, je continue à re-regarder des vieux De Funès, toujours aussi parfaits. 

 

As-tu déjà été tentée d’écrire et de produire une série ? Le travail est-il différent par rapport à l’écriture d’un film ?

J’y ai pensé mais c’est vraiment une structure différente et un monde différent. Je préfère pour l’instant me concentrer sur les longs-métrages, j’ai encore tellement de choses à vivre dans ce monde, tellement à apprendre. 

 

As-tu une ou des anecdotes de tournage à nous raconter ?

 

J’adore les anecdotes de tournage. J'en ai beaucoup, une que je trouve vraiment sympa était sur une pub que je produisais a Los Angeles pour la TV. Nous avions Kevin Costner comme star de la pub et à 5 minutes du début de sa journée de tournage, je me rends compte que des camions poubelles vont rentrer dans l’allée où on va tourner avec Kevin. Tout le monde panique, mais les gens se demandent quoi faire. J'ai improvisé une solution: j’ai pris 2 assistants avec moi et je leur ai dit de prendre des 4x4, des Cadillac Escalades qu’on utilisaient pour le tournage pour bloquer l’allée et empêcher les camions poubelles de rentrer dans l’allée. J’ai ensuite dit aux éboueurs qu’ils ne pouvaient pas passer et de revenir demain. Ils n’étaient pas ravis mais ils l’ont fait. Je retourne en courant vers le trailer de Kevin, il en sort et ne s’est rendu compte absolument de rien. C’était un grand plaisir d’avoir trouvé cette solution. 

 

Le mois dernier, tu es devenue membre des Producers Guild Of America, qu’est ce que cela représente pour toi ?

Etre membre d’un groupe aussi prestigieux est un bonheur incroyable. Je me sens à temps plein membre de la famille du cinéma.

 

Quels sont tes futurs projets de tournage ?

J’ai réalisé et produit un court métrage pendant le covid qui est une proof of concept pour un futur long-métrage, comme une vignette. J’ai hâte de le finir et d’aller pitcher le long-métrage (Résumé d'un scénario). Je travaille également sur un autre projet de film qui, je l'espère, sera tourné en septembre, une comédie musicale où je suis uniquement productrice. Sinon, je lis, je lis beaucoup de scénarios, je cherche continuellement d’autres projets. 

 

Productrice, scénariste, auteure, éditrice, il te manque quoi à ta palette ?

Ça suffit je crois !

 

Pour finir Rebecca, qu’aimerais-tu dire aux personnes qui aimeraient se lancer dans les métiers du cinéma ?

Travailler avec les meilleurs et leur poser des millions de questions et essayer de rencontrer un maximum de gens. Faites un maximum de films, on apprend à faire des films en les faisant. Il y a 5 ans, j’avais rencontré Jason Blum, l’un de mes producteurs préférés a Cannes (Get Out, Paranormal Activity, Halloween,..), et je m'approche de lui et lui dit: "Je suis productrice et je m’apprête a produire mon premier film. Il m’arrête et me dit "Non, tu seras productrice après avoir produit au moins un long-métrage...! ” J'ai adoré sa réponse et j'ai trouvé ça très vrai !

Merci Rebecca !

Arnault pour Destination-Live.com - Avril 2021

  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube
  • Pinterest
  • Tumblr Social Icon
  • Instagram

© Destination-live.com