Le sourire au pied de l'échelle

Auguste est un clown connu et reconnu le public l’adule, il en a marre de faire rire, de renvoyer cette image comique. Il est insatisfait et se demande qui il

est vraiment. Il décide donc de quitter la piste, renoncer à sa célébrité pour partir à la recherche de lui même. Mais dans cette errance son destin le

rattrape.

 

Et c’est au pied de l’échelle qui mène vers l’infini qu’il essaiera de trouver des réponses à ses questions ou du moins trouver un sens à sa vie.

Ce court texte d’Henry Miller pose la question de l’identité, de nos rapports avec les autres, de ce que l’on renvoie, qui l’on est.

Denis Lavant incarne ce clown en quête existentielle au destin atypique. Il est drôle, émouvant, que ce soit par le parlé ou la gestuelle il est bluffant. Il

joue plusieurs personnages. Il est habité par chacun d’eux. D’une sincérité incroyable il nous captive, nous bouleverse et nous offre un moment de

théâtre rare.

Entre ombre et lumière la mise en scène esthétique de Bénédicte Necaille est en parfaite osmose avec le jeu de Denis Lavant.

 

Le sourire au pied de l’échelle est certes une pièce intemporelle qui questionne sur les rapports humains mais c’est surtout un moment de grâce

que nous offre Denis Lavant.

Nathalie pour Destination-Live.com - Janvier 2019

  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube
  • Pinterest
  • Tumblr Social Icon
  • Instagram

© Destination-live.com