Main Square Arras 2018 (Report)

Retour sur la 14ème édition du Main Square festival où soleil de plomb, programmation de haut vol et ambiance de coupe du monde ont permis de mettre le feu à la ville d’Arras ! 

 

Comme chaque année la Citadelle d’Arras a ouvert ses portes aux 120 000 festivaliers venus pour applaudir sur 3 jours un line-up tout aussi prometteur que les précédentes années. 

 

Une première journée pourtant un peu pénalisée par la coupe du monde. L’ouverture du festival au son du groupe local Baasta, suivi des groupes The Breeders et Pvris peine à faire sortir le public encore regroupé devant ses écrans.

Ce sont ensuite les chants de festivaliers heureux du parcours de leur équipe tricolore qui accueille Damien Marley. Cette édition 2018 peut enfin commencer ! 

 

Le jeune rappeur belge Roméo Elvis enchaine sur la scène de la Green room avec ses textes soignés et son flow hypnotique avant de laisser les festivaliers accueillir les très attendus Queens of The Stone Age sur la Mainstage. Et Arras s’enflamme. Entre scénographie lumineuse et solos endiablés de la part des musiciens. Le groupe prend possession de cette grande scène et ne déçoit pas son public. 

Le festival brulant, entonnera les paroles du rappeur Nekfeu sur la Mainstage et terminera par danser sur nos chouchous londonion Jungle, qui avec leur funk / soul / moderne transforment la Green room en immense dancefloor.

 

La deuxième journée brule déjà sous 30 degrés et sera marquée, après le coffre (impressionnant !) de Wolf Alice, par le concert de Liam Gallagher, qui, (tradition oblige) terminera par le célèbre « Wonderwall ».

Mais surtout, par les très attendus Depeche mode. Une foule de 40 000 personnes compacte, pleine d’émotion et d’enthousiasme pour entonner avec le groupe ses morceaux les plus célèbre (« Personal Jesus », « Enjoy The Silence » …) et « Just Can’t Get Enough » en rappel, suivi par la voix de tous les spectateurs qui malgré les 90 minutes de live en demandaient encore. 

La soirée se terminera par Feder et ses 30 minutes de retard … Bien que la foule soit encore au rendez-vous on regrettera le (trop plein) de jeux de lumières.

Beaucoup de têtes d’affiches pour le troisième et dernier jour – IAM, Orelsan, Jamiroquai. 

Mais également des groupes un peu plus émergeants que nous étions impatient d’aller applaudir comme Tom Walker et Girls in Hawaii.

Malgré le soleil de plomb, Tom Walker impressionne par sa voix puissante et ses mélodies venues de l’autre côté de la Manche. 

Girls in Hawaii (bien que narguant les supporters français en affichant le drapeau belge sur chacun de leurs instruments) emporte les spectateurs, malheureusement peu nombreux sur la fin, car déjà regroupés sur la Mainstage en attendant IAM. Ce qui n’empêche pas Antoine Wielemans et Lionel Vancauwenberghe, de séduire par leur gentillesse et leur petit bain de foule ! 

Le festival poursuit donc par le groupe culte de rappeurs marseillais IAM. Rien que les morceaux les plus célèbre seront joués pour le plus grand plaisir de tous. Un concert qui donne le sourire et qui fédère les plus anciens comme les plus jeunes, qui couvraient presque le son du groupe par leurs chants et leur danse du MIA !

Place au show de Jamiroquai qui a fait danser une foule surexcitée. Coiffé comme à son habitude d’un couvre-chef des plus originaux et accompagné de chœurs et de musiciens des plus talentueux, le chanteur n’a pas déçu ses nombreux fans portant les t-shirts de ses plus anciens concerts. 

 

Et on retiendra la clôture du rappeur Orelsan, avec sa mise en scène minimaliste et ses paroles fortes en émotion qui ont portées le public jusqu’à la dernière note « la fête est finie ».

 

Nous attendons avec impatience l’édition 2019 qui se déroulera du 5 au 7 juillet 2019, toujours dans cette belle Citadelle d’Arras !  

Joy / Victor pour Destination-Live.com - Juillet 2018

  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube
  • Pinterest
  • Tumblr Social Icon
  • Instagram

© Destination-live.com