L'interview du week-end:

Manon VILAIN, élève au Cours Florent Paris

Après notre interview de Rebecca Berrih la semaine dernière, productrice de films et scénariste à Los Angeles (A lire ici), nous avons souhaité mettre en lumière ceux qui vont se trouver prochainement face caméra. Direction le Cours Florent à Paris, à la rencontre de Manon Vilain, élève de première année, qui nous dévoile les coulisses de cette prestigieuse école de comédiens. Elle reviendra avec nous sur son parcours et sa vision artistique. Silence plateau, moteur, action...

 

Bonjour Manon, tu es une jeune élève du Cours Florent dont ton objectif principal est de devenir comédienne. Avant d’explorer la formation que tu suis en ce moment, quel a été ton parcours et quel a été le déclic pour que tu te dises, je veux devenir comédienne ?

 

Bonjour Arnault ! Alors, j’ai eu un parcours assez atypique. Je suis née à Nantes, j’ai grandi là-bas puis j’ai déménagé sur Savenay, dans une belle campagne entre la Baule et Nantes. J’ai débuté à l’âge de 14 ans la restauration dans un lycée professionnel « Louis Antoine de Bougainville » sur Nantes. Puis à l’âge de 17 ans, je suis rentrée dans le monde du travail, j’ai été embauchée dans un restaurant « Les fils à Maman ». Je suis restée pratiquement 10 ans chez eux, un peu comme une seconde famille et ce jusqu'à l’été dernier. J'ai fait la dernière saison sur La Baule et en même temps je suivais des études de comptabilité-juridique. Le fameux déclic a été en fin d’été, grâce à ma maman, je n’arrêtais pas de lui parler de théâtre et de cinéma à longueur de temps, la pauvre, mais je n’osais pas tenter ma chance. Elle a donc pris les devants et m’a inscrite à l’audition pour le Cours Florent. Un mois après, je me retrouvais dans le Train Savenay-Paris pour entrer à l’école ! Donc merci Maman ! 

 

Quelle serait pour toi la meilleure définition et les qualités requises pour être comédienne ?

 

Pour être une bonne comédienne ou comédien, il faut être dans le partage, être à l’écoute des autres, toujours sans cesse se remettre en question pour avancer et donner le meilleur de soi-même. Travailler dur encore et sans relâche, même si on est épuisé, il faut bosser ! Il ne faut jamais rester sur un échec et regarder de l’avant, tout faire pour s’améliorer continuellement. Comme je disais, beaucoup de travail personnel tous les jours, lire, regarder des films, des séries, s’ouvrir aux autres, être déterminé, discuter avec des gens du métier, se cultiver, être curieux et surtout accepter la critique car elle nous fait évoluer jours après jours. Mais avant tout "Aimer ce métier" ! On est là pour donner de la joie et le sourire aux autres, les faire voyager, s’évader, pleurer, rire à travers notre travail, qui est avant tout une passion et qui nous anime au quotidien.

 

Quelles sont tes influences artistiques ? As-tu des comédiennes ou des comédiens qui t’inspirent ?

 

J’ai grandi avec des artistes comme Marion Cotillard, Miley Cyrus, Catherine Deneuve ou Sophie Marceau. Ce sont des femmes artistes fabuleuses, une belle liberté d’esprit, elles sont toutes différentes mais tellement puissantes. Côté masculin, je suis admirative du parcours de Julien Frison que j’adore énormément, il a une belle douceur en lui. Pierre Niney est, aussi, extraordinaire, il touche à tout, et je pense aussi à Jérémy Lopez pour sa fougue et son énergie. Ces artistes sont tous différents mais une chose les relie entre eux, c’est la passion du métier d’acteurs, de comédiens. Ce sont des fonceurs nés qui ont une détermination redoutable ! 

 

As-tu fait du théâtre avant d’intégrer le Cours Florent ?

 

Alors, pour être tout à fait honnête, je n’ai jamais fait de théâtre de ma vie. Ah si pardon, une fois. J’avais 7-8 ans en classe verte en CM1, on avait joué sur scène « Sagesse et Malices de Madi, l'idiot Voyageur » de Salim Hatubou et Mokeït Van Linden. J'étais tétanisé sur scène, ça m’a vraiment marqué. C'est ma seule expérience théâtrale. J’ai toujours voulu être sur les planches ou devant une caméra mais je n’avais pas le courage je manquais d'une très grande confiance en moi.

 

Qu’es-tu venue chercher en intégrant le Cours Florent ?

 

Le Cours Florent, c’est un rêve, un rêve devenu réalité. Je connaissais cette école depuis quelques années, ils ont créé des « Monstres » du cinéma et de théâtre, des pépites sont sorties de cette école. En intégrant le Cours Florent, je cherchais vraiment à apprendre avec les meilleurs. Les professeurs sont extraordinaires et ont un parcours qui fait vraiment rêver ! J’ai soif de découverte et d’apprentissage. Ma professeure, Juliette Damy, qui est également à la Comédie Française, est une comédienne remarquable, très pédagogue, qui se donne corps et âme chaque jour pour nous sans relâche. Je suis admirative, elle est fabuleuse, vraiment !

 

Comment intègre t’on le Cours Florent ? Sur quels critères as-tu été retenue ? Comment se passe la sélection ? 

 

Pour intégrer le Cours Florent, il faut s’inscrire sur internet à un stage, soit de théâtre, de cinéma, d’improvisation ou d’acting in English. Il y a des stages d’une semaine ou intensif et suite au stage, le dernier jour, on termine par une audition qui va déterminer si on entre dans l’école ou non.

Après avoir été prise, j’ai reçu un mail de Cendrine Orcier, professeur au Cours Florent, qui m’expliqua mes atouts et mes points faibles par un compte-rendu de mon stage. Lors du stage, on est une vingtaine et à la fin, on doit faire une scène à deux et un monologue. Il faut vraiment y aller avec ses tripes et ne pas penser au regard des autres, on est tous au même niveau, il n’y a pas de jugement !

Et pour finir, j’oubliais, il y a aussi ceux qui sont au Cours Florent depuis tout petit, les Cours Florent Jeunesse mais eux , c’est un autre parcours encore.

 

On imagine que les cours ne sont pas gratuits, quel est le coût de la formation ?

 

Non, ce n’est pas gratuit, on paye 455 euros par mois pour apprendre avec de fabuleux comédiennes / comédiens.

 

Tu es sur ta première année au Cours Florent, qu’apprend t’on durant cette formation, quels cours sont dispensés ?

 

On apprend la base de tout. Déjà, en premier lieu, arrêter d’avoir honte, la confiance en soi et apprendre à s’aimer. Ensuite, on apprend la technique, respirer, timbrer, prendre l’espace sur un plateau, écouter, regarder, partager, l’entraide, l’autonomie, la rigueur, et j’en passe(..). On est obligé d’aller en cours sans trop d’absences sinon on se fait taper sur les doigts (à éviter). Mais chaque minute, chaque heure passée dans cette école nous rapproche un peu plus vers le Monde du Spectacle.

 

Combien y a-t-il d’élèves par classe ? Êtes-vous bien suivis ?

 

Nous sommes une vingtaine d’élèves par classe, tu peux retrouver des personnes avec qui tu étais en stage, ce qui a été le cas pour moi, j’en suis ravie ! On est super bien encadré ! Juliette Damy est une très bonne professeure, nous sommes ses poulains et nous sommes tous très vite devenus une grande famille, beaucoup d’amour entre nous tous. Et puis à l’école, la pédagogie est vraiment là pour nous, au moindre souci, ils sont à l’écoute des élèves. 

 

Quand tu es sur site, comment se déroule ta journée type au Cours Florent ?

 

Je fais partie de la Team cours du soir. On fait exactement comme les autres étudiants sauf qu’on le fait plus tard dans la journée de 19h30 à 22h30, 3 fois par semaine. Par contre, on a certains élèves qui ont ont plusieurs classes en même temps, ça c’est possible! Cela s’appelle des classes parallèles, pour les plus motivés et il y aussi des formations en plus comme le one man show, cours de chants, cinéma,etc... mais cela reste payant. 

Si on le souhaite, on peut vraiment se faire un 35h/semaine de théâtre au Cours Florent, il y a tellement d’ateliers et de possibilités de cours, le choix est multiple, c’est impressionnant! 

 

As-tu plus un profil de comédienne dramatique ou comique ?

 

C’est un choix cornélien que tu me demandes ! Je dirais plus dramatique, on a fait énormément d’exercices sur les intensités (Les émotions), on devait monter de 1 à 10 en pleurs ou en rire, puis en colère... Et je t’avouerais que je suis plus douée pour pleurer que pour rigoler ! C’est très dur de rigoler sur commande, chapeau bas à ceux qui arrivent à le faire. S’ils ont une technique, je leur donne mon numéro tout de suite ! J’adore le dramatique mais peut être, un jour, je partirai vers la comédie, seul le temps me le dira.

Au vu des contraintes sanitaires, comment se déroulent les cours actuellement ? On imagine que pour apprendre le métier de comédien, il faut, au minimum, être en présentiel ?

 

Dernièrement, cela a été très compliqué, les règles sanitaires sont très respectées au Cours Florent, masques obligatoires, on ne se touche pas et le gel hydroalcoolique est devenu notre meilleur ami, clairement ! Actuellement, on est en présentiel 3h et on fait 6h de visio par semaine jusqu’à la fin du confinement. Par la suite, on pourra retrouver le présentiel pour la rentrée à 100%, nous sommes très impatient ! On a pu, quand même, être sur scène pour nos examens mais on est frustré mais comme tout le monde. Le temps au temps, la vie va reprendre, il faut être patient ! 

 

Pour clôturer votre année, vous faites des travaux de fin d’études, de quoi s'agit-il ?

 

Tout au long de l’année, nous avons des « échéances » qui sont des examens pour voir nos progrès dans le travail. Notre dernier examen s’appelle « Tous en Scène » et « La Minute à Soi » deux en un, on adore ! « La Minute à Soi » est une création de notre part et « Tous en Scène » une scène à deux, du théâtre contemporain. Pour conclure, je dirais qu’on est plus jugé sur notre rigueur et l’investissement tout au long de l’année et non l’examen en soi. 

 

Que vas-tu apprendre pendant ta deuxième année et troisième année ?

 

Énormément de choses ! On va rentrer un peu plus dans le vif du sujet, il va falloir bosser encore deux fois plus, ça va commencer à être intense. Nous allons tous commencer à passer les concours pour les écoles supérieures. Les professeurs vont nous demander beaucoup plus d’autonomie et je sens qu’on va manger beaucoup de Molière et de Racine, ça va être excellent ! Mais je ne pourrais pas te dire exactement ce qu’on va apprendre dans le détail,  je verrais ça l’année prochaine si tout se passe bien. Car chaque pédagogie est différente et on ne sait pas à l’avance les examens. 

Peux-tu, dès ta première année, postuler à des castings ? Existe-t-il de petites annonces castings venant des Professionnels du secteur au Cours Florent ?

 

Alors oui, pour être honnête avec toi, nous pouvons totalement postuler à des castings dès la 1ère année. Nous avons quelqu’un au Cours Florent qui s’occupe de ça et qui nous guide dans les démarches, nous oriente pour que nous nous ne retrouvions pas dans des castings «bidons ». L’école nous protège de tout ça. On peut aussi faire de la figuration, tout est possible, à nous de faire la demande et de regarder ce qu’il y autour de nous. 

 

Vu de l’extérieur, on n’imagine pas trop ce qui se passe à l’intérieur du Cours Florent, mais il doit y avoir beaucoup de travail et de labeur de la part des élèves ?

 

Oh que oui ! Il y a énormément de travail, on passe notre temps à réviser, apprendre, écrire, on ne s’arrête jamais, mais c’est le métier qui veut ça aussi !

On essaye de donner, jour après jour, le meilleur de nous-mêmes, comme dit si bien ma professeure: « On se met un bon coup de jarret et on fonce !». Sans compter les répétitions, l’apprentissage des textes, les représentations, un travail de dur labeur mais qui en vaut clairement la chandelle.

 

D’après toi, le talent est-il suffisant pour percer dans le métier de comédien ou faut-il d’autres qualités ?

 

Pour moi, le talent ne suffit pas. Il faut bosser sans relâche, encore et encore. Le travail finit toujours par payer avec beaucoup de détermination. Si on veut quelque chose de toutes nos forces, il faut s’en donner les moyens et donc travailler très dur ! 

Je pense qu’il faut aussi apprendre à écouter les autres, un bon comédien est un bon auditeur. Regarder les autres, les écouter, nous apprend énormément dans ce milieu. Il ne faut surtout pas se regarder le nombril, ce métier, ce n’est que du bonheur, du partage et de l’amour. Donner la réplique à son collègue et rigoler dans une belle énergie d’entente, c’est tellement plaisant et jouissif ! 

 

Après tes études de comédienne, as-tu une préférence entre le théâtre ou le cinéma ?

 

Mon Dieu, encore une question difficile à répondre ! Je dirais les deux, mon cœur balance vraiment. Quand on est sur scène, le temps est comme suspendu, c’est clairement magique, palpitant, chaque jour est différent et on ne fera jamais la même représentation. Elle ne sera jamais à l’identique et c’est ça qui est beau et le cinéma a quelque chose de mystérieux, de fascinant. Pour le moment impossible de choisir, donc Joker ?

 

Tu souhaites faire une deuxième voire troisième année, comment vois-tu l’après Cours Florent ?

 

J’aimerais énormément faire une 2ème puis une 3ème année au Cours Florent mais j’aimerais également, pendant ma 2ème année, pouvoir tenter les examens d’entrées comme les concours pour les Ecoles Supérieures d'Art Dramatique, tenter le Conservatoire National Supérieur d'Art Dramatique de Paris et L'Ecole Supérieure d'Art Dramatique du Théâtre National de Strasbourg (TNS). Ces deux écoles me font totalement rêver !!! 

L’après Cours Florent,  je ne saurais te dire à l’avance mais en tout cas, ce que je sais, c’est que je serais dans le monde du Spectacle car c’est quelque chose de vital pour moi, c’est organique ! Je veux faire ce métier.

 

Pour te connaître un petit peu mieux, que dirais-tu de répondre à ce portrait chinois:

 

Si tu étais...

 

- Une pièce de théâtre ? Clôture de l’amour- Pascal Rambert

 

- Un auteur de théâtre ? Molière 

 

- Une comédienne ou un comédien ? Leonardo Di Caprio 

 

- Un personnage ? Le Joker 

 

- Un film ? Million Dollar Baby de Clint Eastwood 

 

- Un livre ?  Les Misérables de Victor Hugo

 

- Une réplique de film / théâtre ou une citation ?

Réplique : « on ne laisse pas bébé dans un coin » Dans Dirty Dancing 

Citation : « je ne suis plus ce que j’étais » 

 

- Ton prochain rôle, Comédie ou tragédie ? Tragédie 

  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube
  • Pinterest
  • Tumblr Social Icon
  • Instagram

La dégradation des conditions sanitaires que l’on connaît perturbent toujours les théâtres et le monde culturel en général, considères-tu que c’est un gros handicap pour les élèves du Cours, dans votre apprentissage, ne pas aller voir les pièces de théâtre ou les spectacles comiques ?

 

Bien sûr, c’est un handicap énorme pour nous les jeunes étudiants, qui avons soif d’apprendre de ces fabuleux comédiens. Heureusement que la Comédie Française diffuse des pièces de théâtres et des lectures à la table gratuites. On rêverait tous de se retrouver dans ces sièges, à sentir la joie, la foule qui applaudit, le bonheur sur le visage des spectateurs... La réouverture va être, un peu, notre coupe du monde à nous ! 

 

Comment as-tu vécu les différents confinements, artistiquement parlant ?

 

Le premier confinement a été, pour moi, une sorte de révélation, artistiquement parlant. Je passais mon temps à lire et à regarder un nombre incalculable de films, de séries... Je voulais une vie d’artiste et rien d’autre ! J’ai vraiment su que c’était en moi à ce moment là et que je ne voulais plus ma vie d’avant. Je voulais être sur les planches ! 

 

Aimerais-tu t’orienter vers la mise en scène de pièces ou la réalisation de films ?

 

Oh que oui, j’adorerais ça ! J’adore être en scène, une joie immense qui m’envahit. On a le cœur qui palpite, et avec la pression, on se dit « C’est quoi ma première réplique ? ». Et dès la première note, on sait pourquoi on veut être là ! Comme je le disais plus haut, le temps s’arrête et tout prend un sens.

Mais j’ai découvert la création et la réalisation, il n’y a pas si longtemps. En cours, on a du créer des scènes de A à Z. Lors des Cartes Blanches (15 minutes) sur des thèmes bien précis comme « Les Contes de Perrault » ou « Guillaume Apollinaire ». Mettre ses copains sur scène, c’est l’éclate, on découvre énormément de choses et notre cerveau est dans un mood de créativité, il ne s’arrête jamais ! Et mon dieu, de voir les copains en lumière, c’est un plaisir monstre ! J’aimerais,  pour la suite, mettre en scène et continuer de jouer car jouer, reste mon premier amour. Mais j’ai soif d’apprendre de nouvelles choses, tout me passionne ! 

 

On va parler culture cinématographique et culture série, quels genres de films et de séries regardes-tu ?

 

Je ne suis pas du tout difficile, j’aime tout, je te promets, vraiment tout.. « Gilmore Girls », « Les Frères Scott », « Gossip girl », « Newport Beach » les Dramatique Coréens comme « Le Jardin des Météorites», comme les animations, les mangas « Dragon Ball Z », mais aussi Louis de Funès, les films de Hayao Miyazaki, les films d’horreurs, «Massacre à la Tronçonneuse», les films d’amours, « Dirty Dancing » «L’Etudiante » ou Woody allen avec «Minuit à Paris ». Je pense aussi à Martin Scorsese avec « Les Affranchis », «Le Loup de Wall Street ». Par exemple, en ce moment, je regarde une série «Les Chroniques de Bridgerton» j’adore ! C'est à l’époque des rois et des mariages arrangés. En ce moment, je regarde beaucoup ce genre de séries. Je ne suis pas difficile car je voyage quand je regarde un film et une série. Tout est possible dedans et à chaque fois, je me sens transportée, je peux rigoler comme pleurer à chaudes larmes en cinq secondes, je suis avec eux pendant un court instant, j’en oublie ma vie, et je vie la leurs, avec eux, et quelque chose de magique se passe en moi, le temps est comme suspendu. J’aime tout ! 

 

En dehors de tes cours, quelles activités pratiques-tu pour décompresser ?

 

En dehors des cours, je fais du sport, je cuisine énormément, j’adore faire de bons petits plats. Je peux passer 4-5 heures en cuisine juste pour voir mes amis et ma famille heureux, car un bon repas rassemble les gens ! Je suis très famille et amis donc je passe énormément de temps avec eux au téléphone. Ils me ressourcent, j’ai besoin d’eux dans ma vie ! 

 

Enfin pour finir Manon, qu’aimerais-tu dire aux personnes qui aimeraient se lancer pour devenir comédien ?

 

Pour conclure, je dirais « Croyez en vos rêves ». Le chemin va être intense et éprouvant, vous allez devoir travailler très dur mais, s’il vous plaît,  ne baissez pas les bras ! Comme on le dit si bien « Paris ne s’est pas fait en un jour !». Le chemin que vous allez parcourir va être fabuleux, vous allez en sortir grandi, et fort. N’écoutez que vous, si les gens de votre entourage vous disent que vous êtes fous de tenter d’être comédiens, ne les écoutez pas. Et n’oubliez pas une chose: Les peurs et les limites des autres ne sont pas les vôtres ! Vous allez devoir, des fois, faire des choix très compliqués. Comme dernièrement, j’ai du faire un choix entre l’amour et ma passion, ça m’a brisé le cœur. Mais faire ce métier est viscéral, c’est en moi, et si c’est en vous,  battez vous. C’est votre vie et celle de personne d’autre, n’ayez pas peur d’être différent, le chemin va être long, remplis de haut et de bas mais je vous assure que ça vaut vraiment le coup, croyez en vous, aimez-vous et suivez toujours votre instinct et votre cœur, en un mot: Foncez ! »  

Merci Manon !!

Arnault pour Destination-Live.com - Avril 2021

Retrouvez l'actualité de Manon Vilain à travers son compte Instagram: Manon VILAIN

© Destination-live.com